Perth -> Darwin – Partie 2

juin 18, 2012

Cape Range National Park et Karijini National Park 

 

Coral Bay → Cape Range National Park

Avant d’arriver à Coral Bay, nous passons la nuit au bord d’une route, en compagnie de deux autres voitures, avec qui nous faisons un shooting photo, un peu particulier :

Où suis je ?! Ah ah aaaah

 

Photo de famille d'un soir...

 

Mais non vous n'avez pas bu !

Nous faisons halte le lendemain à Coral Bay, réputée pour sa « mini » barrière de corail. En soi, Coral Bay n’a rien de passionnant, c’est une station balnéaire, la « ville » (190 habitants) est exclusivement consacrée aux touristes : boutiques souvenirs et de palmes/masque/tuba se disputent les bouts de trottoir, tandis que 2 campings bordent les accès de la ville. On est malgré tout au milieu de nulle part, car quand nous avons voulu faire le plein, on nous a indiqué qu’il n’y avait plus d’essence mais que le ravitaillement était en route… 

Après un petit tour sur la plage remplie de touristes (comme sur la côte d’Azur, et jusqu’à présent je n’ai pas eu l’habitude de cela en Australie!) et de bateaux de touristes, nous prenons un chemin 4×4 qui nous emmène au Cape Range National Park à une centaine de kms d’ici mais il faut compter 4h de route nous dit on. C’est forcément sans compter sur notre « 4×4 »…

Comme notre « 4×4 » n’a de 4×4 que les 4 roues motrices, on se sent comme de la gélatine dans la voiture, ça bouge de partout, on bondit de nos sièges, le plafonnier de la lumière se casse la figure sur nos têtes, on se doit parfois de tenir les bagages qui sont devant nous pour qu’ils n’atterrissent pas sur nos pieds.

Ce n’est donc vraiment pas une partie de plaisir, et le pire dans tout ça, c’est que la route n’est pas spectaculaire : du bush avec parfois un petit aperçu sur l’océan et des dunes de sable.

 

C’est le dos en compote que nous passons la nuit au milieu de nulle part sur cette route, avec pour seule compagnie un autre 4×4.

Mais quelle nuit ! J’ai en effet assisté pour la première fois de ma vie à un lever de lune (quasiment pleine lune) et c’est absolument magnifique. Nous commençons par apercevoir une lumière rouge qui teinte le ciel puis doucement la surface de la lune apparaît au-dessus de la terre. C’est comme si on l’observait grossie 10 fois au microscope. Ce moment ne dure que quelques minutes, car la lune prend vite son envolée vers le ciel, mais c’est superbe!

En vrai c'est mille fois plus beau

Le lendemain, on se re-métamorphose en gélatine pour les dernières heures de route qui nous séparent de Cape Range NP.

A quelques mètres de l’arrivée et de la tant attendue route goudronnée, il nous faut traverser une petite rivière formée par la marée haute. Nous nous enlisons dans le sable à quelques mètres de ladite rivière, oups.

Nous avons beau creusé, rien ne marche, et la rivière continue de gonfler sous l’effet de la marée, re-oups.

 

Jan part vers le parc national trouver une bonne âme pour nous tracter, quand il revient avec notre sauveur (4×4 n°1), un autre 4×4 arrive de l’autre côté (4×4 n°2). Le 4×4 n°2 prête une sorte de harnais au 4×4 n°1 pour tracter notre « 4×4 » qui passe donc la rivière aisément.

 

C’est donc au final 6 à 8h de route qu’il nous aura fallu pour aller de Coral Bay à Cape Range National Park.

Arrivés sur la route goudronnée, nous discutons quelques instants avec les propriétaires du 4×4 n°2, qui nous déconseillent vivement de faire la Gibb Rover Road, célèbre route 4×4 qui traverse la région du Kimberley. Grosse déception, car c’est principalement pour cette route que nous avons loué un 4×4…

 

Cape Range National Park

Nous avons passé 3 jours dans ce parc national qui possède également une superbe réserve marine, le Nigaloo Marine Park. La région est donc célèbre pour sa petite barrière de corail, petite sœur de la Grande Barrière de Corail à l’est. L’avantage de la petite c’est qu’elle se situe étonnamment près du continent et est donc facilement accessible depuis les plages de Cape Range National Park. Une des attractions rendant la région si célèbre est également le passage de requins baleines venant se nourrir de planctons et petits poissons chaque année à la même période, avec une précision d’horloge.

Nous campons à quelques mètres d’une plage, mais qui ne se prête pas à la plongée palmes/masque/tuba (que nous appellerons désormais snorkeling). Nous passons donc nos deux jours à naviguer entre les différents spots de snorkeling. J’ai donc vu de magnifiques coraux et pleins de jolis poissons blancs, bleus, jaunes, multicolores, et une petite raie manta. Je n’ai malheureusement pas vu de Némo, mais j’en verrai peut être chez la grande sœur.

Mon appareil n’étant pas waterproof, il vous faudra attendre les photos prises avec le jetable acheté pour l’occasion (en espérant que j’ai réussi à viser les poissons!).

Je croise parfois des bancs de centaines de minuscules poissons qui nagent tout près de moi, tellement près que parfois je joue de mes palmes pour m’enfuir (c’est qu’ils sont petits certes mais nombreux ;-)) mais ils sont partout !

 

Coucher de soleil sur l'océan indien

Le jour du départ a sonné, mais pour moi c’est aussi le jour de mon vol en ULM au dessus de ce magnifique parc maritime.

Le temps est parfait, pas besoin de porter de pull ou coupe-vent, direction les airs en débardeur.

Après le survol du canyon où il fait un peu frisquet en raison de l’altitude…

 

… on survole le parc maritime, je ne vous commente pas plus …

 

Et à la fin du vol j’ai même le droit de prendre les commandes !

 

 

Karijini National Park

Après quasiment 2 jours de route, on aperçoit enfin les premiers sommets du parc national de Karijini. La terre est rouge et le contraste avec le vert rendent les sommets violets.

 

Karijini NP est un parc national renommé en Australie, malgré son isolement. Ses gorges profondes abritent des cascades et piscines naturelles spectaculaires.

Un premier point de vue à 100m au dessus des gorges, nous donne la mesure du parc national.

 

On passe quasiment 2 jours dans ce parc.

On fait donc plusieurs balades, tantôt en longeant les gorges …

 

 

… avec parfois quelques passages hasardeux,

 … parfois un peu humides

… tantôt en descendant les gorges pour trouver une piscine naturelle d’eau cristalline, un peu fraîche mais ça fait du bien car le soleil tape fort.

 

Print Friendly

Leave a Reply